Lucidité

Image de l'article.

Lucidité

Le 31 avril ont été publiés les résultats des élections servant à définir la représentativité des syndicats.

Le verdict est amer, même s’il était prévisible : la CGT perd la première place dans le secteur privé et se retrouve derrière la CFDT.

Il est précisé, avec raison, que la CGT demeure la première organisation syndicale du pays si l’on tient compte des résultats dans la fonction publique.

Mais ce serait une piètre consolation d’en rester à cette analyse superficielle.

Se rassurer, rassurer les militants, les adhérents ne sert à rien.

Ceux-ci ont été troublés par l’information, certes partielle ou partiale, qu’importe, reprise en boucle dans les médias.

Et l’explication simpliste consistant à répéter que tous comptes faits (privé et public) la CGT reste en tête, n’est pas de nature à les tranquilliser.

Cela sent un peu trop la bonne vieille langue de bois. Ce recul est un séisme dans le paysage syndical.

Il doit amener tout le syndicalisme CGT à un débat sans précédent pour déboucher sur des mesures concrètes.

Dans l’interview accordée à Médiapart, Philippe Martinez ouvre des pistes de réflexion intéressantes.

Le communiqué de la CGT le fait également si l’on prend soin de le lire dans son intégralité.

Ainsi, sur le site Médiapart, le secrétaire général de la CGT évoque pêle-mêle les revers électoraux de la CGT dans ses «bastions» que sont la Sncf, Edf, Orange et le militantisme qu’il faut déployer pour que la CGT soit présente dans beaucoup plus d’entreprises qu’elle ne l’est actuellement.
 

Philippe Martinez n’exclut pas non plus que la crise de succession sans précédent au sommet de la CGT avec le départ forcé de Thierry Lepaon en 2015 ait laissé des traces.

Le manque de transparence financière, les querelles intestines ont écorné des valeurs historiques de la CGT : l’intégrité et la probité de ses militants.

Enfin, le communiqué confédéral appelle à des débats urgents : « la CGT aura à cœur de mieux représenter les salariés dans leur diversité».

«C’est une invitation pour toute la CGT à être encore plus présente, plus accessible, auprès de tout le salariat, toutes les catégories sociales du salariat ».

Voilà qui nous ramène bien sûr au dernier congrès de l’UD : besoin de transparence, besoin d’être proches des salariés, des retraités, des demandeurs d’emploi.

La première des choses à faire est de reconnaître le rôle primordial des structures de proximité comme les unions locales ou l’union des syndicats de retraités pour aller à la rencontre des salariés, des retraités et des chômeurs.

Il faut ouvrir en grand les fenêtres de la CGT et débattre, se parler, sans détour ni ronds de jambe.

Parler vrai.

En toute lucidité.

La lucidité, la blessure la plus rapprochée du soleil, disait René Char.

Richard Vaillant

Lien sur fichier en PDF : 
 

Mis en ligne le 5 avril 2017  |  Dernière mise a jour 5 avril 2017