Le 8 mars à 15h40 toutes dans l'action

Image de l'article.

Le 8 mars à 15h40 : toutes dans l’action, toutes dans la grève 8 mars : journée d’action pour l’égalité !

Suite à la mobilisation web #7Nov16h34, la CGT a réuni toutes les organisations syndicales et associations féministes leur proposant de se réunir pour travailler à la concrétisation d’une journée d’action et de grève pour les droits des femmes. Un appel unitaire (Alliance des Femmes pour la Démocratie, Association Nationale des Études Féministes, ATTAC France, CGT, Collectif Libertaire Anti-Sexiste, Collectif 52, Collectif Georgette Sand, CNDF, Femen, Femmes Solidaires, Féministes plurielles, Femmes Egalité, Femmes Migrantes Debout, FSU, La Brigade antisexiste, Les Effronté-e-s, Les Glorieuses, Marche Mondiale des Femmes, Osez Le Féminisme, Paye ta Shnek, Planning Familial, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL) pour faire du 8 mars une journée d’action et de grève pour les droits des femmes a été construit, avec un temps fort de débrayages à 15h40.

Le 8 mars n’est pas « la journée de la femme », mais la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, initiée par l’internationale socialiste.

Le 8 mars a été lancé pour obtenir l’égalité au travail et dans la société. Il démontre combien l’émancipation des femmes passe par l’égal accès à l’emploi et l’égalité au travail.

Notre objectif est donc de mettre le patronat en face de ses responsabilités et d’interpeller sur l’inégalité professionnelle et les discriminations que subissent toujours les femmes au travail.

L’objectif cette année est d’organiser un maximum d’action et d’initiatives sur les lieux de travail pour faire du 8 mars une journée revendicative.

 

Pourquoi 15h40 ?

15h40 correspond à l’horaire à partir duquel, chaque jour, sur la base d’une journée type (9h – 12h30/13h30-17h), les femmes arrêtent d’être payées. En effet, elles sont toujours payées en moyenne 26% de moins que les hommes du fait :

- Du travail à temps partiel (80% des salarié-es à temps partiel sont des femmes)

- De l’absence de déroulement de carrière

- De la dévalorisation des métiers dans lesquels les femmes sont concentrées

- De la part variable de la rémunération (primes, heures sup…)

- De la discrimination « pure »

dimanche 12 février 2017

 

Mis en ligne le 14 février 2017  |  Dernière mise a jour 14 février 2017