Loi travail 4 mois de mobilisation décisive

Image de l'article.

Loi travail

4 mois d’une mobilisation décisive

Un mouvement social inédit

17 février : le projet de loi Travail est rendu public dans la presse.

19 février : lancement de la pétition « Loi travail, non merci » qui recueillera 1,35 million de signatures.

25 février : à l’initiative de la CGT, l’intersyndicale CGT/FO/ FSU/Solidaires/UNEF/UNL/FIDL dénonce la loi Travail et appelle à la mobilisation.

9 mars : 500 000 personnes manifestent contre la loi Travail.

31 mars : 1,3 million de personnes manifestent.
Mai-juin : des milliers d’arrêts de travail et des grèves reconductibles ont lieu dans de nombreux secteurs.

10 mai : face à la fronde des députés, le gouvernement dégaine le 49-3.

20 mai : l’intersyndicale écrit un courrier, resté sans réponse, à François Hollande demandant à être reçue.

30 mai : lancement de la votation citoyenne.

14 juin : 1 million de personnes défilent à Paris, 1,3 million dans toute la France.

24 juin : pour la 1ère fois depuis 1962 le gouvernement interdit une manifestation syndicale.

Il sera obligé de reculer.

3 juillet : 55 entrepreneurs, cadres dirigeants et supérieurs dénoncent la loi Travail et appellent le gouvernement au dialogue.

5 juillet : pour la 2ème fois, le gouvernement fait adopter sa loi en force avec le 49-3.

13 journées nationales unitaires 1 million de participant-es à la votation citoyenne

La mobilisation


Qui a permis de premiers résultats

21 mars : 1ers reculs du gouvernement qui supprime notamment:

- le plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif ;
- l’augmentation du temps de travail des apprenti-es mineur-es ;
- la mise en place des forfaits-jours sans accord d’entreprise;
- le fractionnement des 11h de repos quotidien ;
- la négociation des congés pour évènements familiaux (mariage, décès) dans chaque entreprise.

11 avril :

le gouvernement est contraint d’annoncer un plan pour les jeunes :
- augmentation du nombre et du montant des bourses étudiantes et lycéennes ;

- extension de la « garantie jeunes » ;

- mise en place d’une aide à la recherche du premier emploi ;

- concertation sur la rémunération des apprenti-es.

11 mai :

la définition du harcèlement sexuel et du sexisme est renforcée (article1).

Le périmètre international est rétabli pour apprécier les difficultés des entreprises en cas de licenciement économique (article 30).

5 juillet :

la loi Travail prévoit 6 domaines dans lesquels l’accord d’entreprise ne peut déroger à l’accord de branche : les classifications, la formation professionnelle, la prévoyance, les salaires, l’égalité F/H et la pénibilité (il manque malheureusement le temps de travail !).

La disposition qui empêchait les travailleurs des plateformes numériques d’exiger une requalification en CDI est supprimée (article 27) .

L’essentiel des dangers de la loi Travail demeurent, pour retrouver l’analyse de la dernière version de la loi Travail :

En septembre on continue !
Loi Travail : la bataille se poursuit

Pendant 4 mois, étudiant-es, lycéen-nes, ouvrier-es, cadres et technicien-nes et les retraîtés se sont mobilisés avec une grande diversité de formes d’action.
Le 49-3 et la division syndicale, avec le cavalier seul de la CFDT, permettent au gouvernement d’imposer un projet de loi pour lequel personne n’a voté, au mépris de l’opposition d’une large majorité de Français-es.

Il faut 127 décrets d’application pour que la loi entre en vigueur, l’enjeu est de la rendre inapplicable, d’en obtenir l’abrogation. Les organisations (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) donnent rendez-vous à l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es pour une journée d’actions et d’initiatives le 15 septembre.

Pour mettre en échec la loi Travail : implantons la CGT dans toutes les entreprises

Le meilleur moyen d’empêcher des accords dérogatoires à la loi, c’est de se coordonner avec des élu-es et militant-es CGT, indépendants des employeurs et s’opposant au dumping social dans toutes les entreprises.

Pour rendre la loi inapplicable, rejoignez la CGT sur votre lieu de travail ou créez la CGT dans votre entreprise !

Journée d’action jeudi 15 septembre

 

Mis en ligne le 1 août 2016  |  Dernière mise a jour 1 août 2016