Ensemble imposons le retrait du code El Khomri

Image de l'article.


Ensemble imposons le retrait du projet de loi El Khomri !
 

Agissons pour un Code du Travail plus protecteur des salarié-e-s !
 

A l’évidence, le Gouvernement entend répondre jusqu’au bout aux diktats de la commission européenne, des organisations patronales et plus particulièrement du Medef :
 

- Généralisation et accentuation des politiques d’austérité au détriment du financement de l’action publique.
 

- Multiplication des exonérations et des allégements des cotisations sociales patronales et des impôts des entreprises, par dizaines de milliards au nom de la nécessaire réduction du « coût » du travail.
 

- Attaques incessantes contre le droit du travail avec l’adoption des lois dites de « sécurisation de l’emploi », Macron et Rebsamen.

Force est de constater que ces politiques ont généré une augmentation significative des profits et des dividendes versés, satisfaisant toujours plus les exigences des actionnaires, des marchés financiers et du capital.
 

Dans le même temps, faute d’investissement dans l’appareil productif et dans les services publics, faute de revalorisation des salaires et des traitements, des retraites et des pensions, le chômage ne cesse de progresser et un nombre croissant de salariés, de retraités, de privés d’emploi, ne sont plus en mesure de satisfaire leurs droits et leurs besoins fondamentaux.
 

Loin de rompre avec les objectifs poursuivis au titre de ces politiques, le Gouvernement entend maintenant mettre par terre le Code du travail !

Toujours au nom de la lutte contre le chômage, il voudrait notamment en finir avec :
 

- La hiérarchie des normes et le principe de faveur : la loi deviendrait l’exception et les accords d’entreprise l’emporteraient sur les accords de branche !
 

- Les 35 heures : non seulement les durées quotidiennes et hebdomadaires seraient augmentées de manière conséquente mais, de plus, les heures supplémentaires feraient, au mieux, l’objet d’une compensation à une hauteur de 10 % !
 

- Les obstacles aux licenciements économiques qui seraient facilités et dont l’indemnisation serait plafonnée !
 

- La démocratie sociale, le rôle et la place des organisations syndicales.

En les plaçant sous la menace du licenciement et du chômage, les salariés seraient contraints d’accepter, par référendum, des baisses de rémunération et une augmentation toujours plus grande de leur temps de travail.


Les administrations publiques de l’État qui assurent des missions de contrôle et plus particulièrement avec l’inspection du travail qui ne cesse de faire l’objet d’attaques conséquentes.
 

Suppressions d’emplois, rémunérations insuffisantes, mises en cause de la réduction du temps de travail, casse des services publics, insécurité sociale généralisée par des attaques incessantes contre le Code du travail, le Statut général des fonctionnaires et leurs statuts particuliers …
 

Tels sont les objectifs poursuivis par le Gouvernement à la demande des organisations patronales et de la commission européenne.
 

L’abaissement des garanties collectives dans le secteur privé, outre ses conséquences désastreuses pour les salariés directement impactés, serait un nouvel élément confortant les attaques actuelles contre le Statut de la Fonction publique et en justifiant de nouvelles.

Il est donc de l’intérêt premier des salariés relevant du Code du travail et des agents régis par les règles statutaires de la Fonction publique de faire front commun contre cette nouvelle attaque portée par le gouvernement au service des intérêts du grand patronat et des marchés boursiers.
 

Nous ne laisserons pas faire !
 

Il est urgent de mettre fin à ces attaques en règle contre l’ensemble du monde du travail, salariés de droit privé, fonctionnaires et agents non-titulaires de la Fonction Publique.
 

La CGT Fonction Publique appelle l’ensemble des personnels, actifs et retraités, fonctionnaires et agents non-titulaires, à la mobilisation générale pour imposer d’autres choix !
 

Imposer d’autres choix avec les salariés du privé, les privés d’emplois, les jeunes, les retraités !
 

Pour la CGT Fonction Publique, il s’agit d’imposer le retrait du projet de loi El Khomri et la prise en compte de propositions pour un Code du travail et des droits protecteurs !
 

C’est pourquoi la CGT Fonction Publique appelle, dans l’unité la plus large, avec les autres organisations syndicales et de la jeunesse à faire du mercredi 9 mars une première et puissante journée de mobilisation interprofessionnelle !
 

Ensemble, Salariés du public comme du privé
 

Toutes et Tous dans les manifestations et les rassemblements organisés sur l’ensemble du territoire le mercredi 9 mars !

 

Mis en ligne le 5 mars 2016  |  Dernière mise a jour 5 mars 2016