A travail égal salaire égal

Image de l'article.

« À travail égal, salaire égal »

Sur la question d'un système de retraite plus juste qui améliorerait notamment les pensions des femmes aux carrières souvent plus morcelées, le syndicaliste en appelle à respecter le principe de « à travail égal, salaire égal » dans les entreprises, dès aujourd'hui.

Quant au taux d'employabilité des seniors sur lequel compte le gouvernement, qui a admis que cette réforme amènerait à travailler plus longtemps, le secrétaire général de la CGT a refusé de croire que le Medef « allait régler le problème », dixit Delevoye, et pointé plusieurs plans sociaux en cours notamment dans une dizaine d'enseignes commerciales.

Augmenter les cotisations

Pour la CGT, il ne s'agit pas de réduire les dépenses de la Sécurité sociale — et de notre système de retraite — mais au contraire de lui restituer les recettes qui lui font défaut.

En effet, l’organisation syndicale revendique l'augmentation des cotisations pour faire évoluer le système.

Ainsi, quid des cotisations des travailleurs ubérisés, quid des cotisations des employeurs qui en sont exemptés pour les salaires allant jusqu'à deux fois et demie le Smic…

« L'impôt et la cotisation, ce n'est pas la même chose, a rappelé Philippe Martinez. Il n'y a pas que les travailleurs et travailleuses qui paient des cotisations, il y a aussi les employeurs. Il faut rétablir les cotisations pour tous. »

Et de fustiger les « 20 milliards d'euros d'exonérations qui vont dans les poches des actionnaires. »

Travailler tous et moins longtemps

« On vit plus longtemps, il est normal de travailler plus longtemps », rabâche le gouvernement, mais « si on vit plus longtemps, c'est bien parce qu'on travaille moins longtemps », a répondu le syndicaliste.

Pis, sur la prise en compte de toute la carrière au lieu des vingt-cinq meilleures années pour le calcul de la pension, comme préconisé par le rapport Delevoye, Philippe Martinez a rappelé que les pensions avaient déjà baissé avec le passage des dix aux vingt-cinq meilleures années sous les gouvernements antérieurs.

Balayé d'un revers de main, les questions d'âge légal de départ en retraite, l'âge pivot, etc.

« La question des retraites n'est pas une affaire technique, c'est une affaire politique, a conclu Philippe Martinez.

Ne vous laissez pas embrouiller.

Les deux questions qui comptent sont :

A quel âge je pars ?

Et avec combien je pars ?

Ce dont je suis sûr, c'est qu'il faut
se mobiliser le 8 octobre. »

Lien sur fichier en PDF : 
 

Mis en ligne le 28 septembre 2019  |  Dernière mise a jour 28 septembre 2019