Algérie. An ll de l'indépendance

Image de l'article.

Algérie.
An II de l’indépendance


Un mouvement populaire massif, déterminé, responsable, courageux contre un système corrompu à l’agonie, aux derniers sursauts pour tenter de survivre.

La mobilisation des forces populaires en Algérie force le respect.

Les manifestations avec femmes et jeunes aux premiers rangs ont entraîné le départ de Bouteflika, un fantôme que son clan maintenait au pouvoir pour sauvegarder ses privilèges.

Depuis, les rats progressivement quittent le navire, certains s’accrochant désespérément à ce qui leur reste de pouvoir.

Pour combien de temps?

Un peuple non dupe

Les Algériens - les jeunes de moins de 25 ans représentent 50% de la population - font preuve d’une maturité exceptionnelle. Ils ont déjoué jusqu’à présent tous les pièges y compris la réplique à la violence.

Ils ne sont pas dupes de la mascarade des prétendus changements menés par les proches de Bouteflika et la hiérarchie militaire.

Ils demandent la fin du système en place, la liberté de décider, la liberté de construire une Algérie démocratique travaillant à donner à ses enfants une vie digne.

Une jeunesse tournée vers l’avenir

Bien entendu, des islamistes sont en embuscade. Mais les années 1990 de la terreur terroriste ne sont pas celles de 2019.

Pour deux raisons : de nombreux islamistes ont été absorbés par le pouvoir et la jeunesse algérienne d’aujourd’hui caresse d’autres espoirs que le retour à un passé rétrograde.

Les chefs militaires tentent de sauver les meubles. Ils recherchent une « transition » à leur convenance.

Pourront-ils réussir à vider le mouvement de son contenu démocratique et progressiste ?

La force de l’aspiration au changement est telle qu’il semble difficile de freiner ou de dénaturer la marche de l’Algérie vers l’AnII de son indépendance.

José Fort
________________________________________
Benjamin Stora : « Une page d’Histoire »

Benjamin Stora, historien, spécialiste de l’Algérie s’est exprimé dans les colonnes du Soir d’Algérie.

Extraits.

« Incontestablement, il s’agit d’une page d’Histoire très importante de l’Algérie contemporaine qui nous renvoie aux grandes fêtes de l’été 62, les fêtes de l’indépendance, dans la mémoire, dans les souvenirs, dans les imaginaires.

Pourquoi ?

Parce que ce sont des marches imposantes sur l’ensemble du territoire algérien dans les coins les plus reculés.

C’est aussi un moment historique, avec l’entrée en scène de la jeunesse algérienne (…)

« L’Algérie est un immense pays qui suscite des convoitises.

C’est un des plus grands pays méditerranéens, un des plus grands pays africains.

Que les puissances étrangères s’intéressent à l’Algérie, c’est une évidence.

La question, c’est à l’Algérie de prendre son propre destin.

Que, dans ce chemin, il y ait des difficultés, des interférences, bien sûr.

Mais le point de départ, c’est la volonté de rester ensemble pour construire une Algérie nouvelle. »

 

 

Mis en ligne le 11 juillet 2019  |  Dernière mise a jour 11 juillet 2019