Déclaration CGT FTDNEEA au CHCT central du 16 avril 2016

Image de l'article.

DECLARATION CGT FTDNEEA AU CHSCT CENTRAL DU 16 AVRIL 2019

 

Le Conseil Supérieur des Administrations Parisiennes en formation de recours était réuni hier 15 avril 2019 à la demande de nos deux camarades Christian GARNIER et Jean Jacques PICOT lâchement révoqués par la Secrétaire Générale de la Mairie de Paris pour donner suite à un Conseil de discipline qui n’a pu émettre un avis.

 

Le CSAP de recours était sous la houlette d’un Président qui, aux ordres de la Maire de Paris, a interrompu la défense de nos deux camarades, ne laissant pas aller jusqu’au bout les arguments de défense, ni les points de vu des témoins.

 

Un CSAP présidé au pas de charge, avec pour la première fois un CSAP de recours collectif alors que les situations individuelles de nos deux camarades sont différentes.

 

 Un CSAP présidé au pas de charge, avec la volonté pure et simple de condamner nos deux Camarades et par cette sanction condamner toute action syndicale qui sortirait un peu des clous.

 

Rarement, nous n’avions vu autant d’élus politiques réunis pour un CSAP, 10 sur 11, la Maire de Paris avait rameuté très largement ses troupes avec un seul mot d’ordre : tous ensemble pour tuer toute action qui pourrait compromettre sa politique de destruction à petit feu du Service Public et plus largement de tous les acquis des travailleurs.

 

Le CSAP en présence du Directeur de la DPE, menteur de première classe qui n’a eu de cesse de défendre sa politique néfaste vis-à-vis des personnels de la DPE, pourfendeur de la casse du Service Public, appuyant fortement sur la tête de nos deux Camarades.

 

Nos deux camarades n’ont fait qu’exercer leur droit à lutter face à un gouvernement sourd à toutes les revendications.

 

Pour ce délit, ils sont condamnés à vie : à vivre dans la précarité.

Pourtant tous les deux n’ont jamais eu aucun problème tout au long de leur longue carrière.

 

Mais, pour faire passer la pilule, la Maire de Paris et ses sous-fifres défendant un dialogue social au rabais, parlent de mise à la retraite d’office comme d’une mesure social.

Ils vont même jusqu’à mentir dans leur propre camp en prétendant que Christian pourra toucher et cumuler pendant 36 mois sa retraite et son Allocation de Retour à l’Emploi soit de 59 ans à 60 ans 2463 € et de 60 ans à 62 ans 2138 € et Jean Jacques de 57 ans à 60 ans 1881 €.

L’allocation pour le Retour à l’Emploi est, comme son nom l’indique, une allocation pour retrouver un emploi si nos deux Camardes ne cherchent pas de travail cette allocation peut-être purement et simplement supprimée.

 

Quel employeur, voudra embaucher nos deux Camarades à 59 ans pour l’un et à 57 ans pour l’autre, qui ont tous deux fait la une de la presse pour leur action Syndicale clairement affichée CGT et qui ont été traîné dans la boue par la Mairie de Paris en les traitant de voleurs, de terroristes.

 

Pour la démonstration, il suffit juste de taper leur prénoms et noms sur Google !

 

Et dans le cas où ils retrouveraient un emploi celui-ci ne pourra pas être payé plus d’un quart de leur pension soit pour Christian un emploi à 325,75 € par mois et pour Jean Jacques un emploi à 175,75 € par mois !

La mise à la retraite d’office une mesure sociale vous avez dit ?????

 

Pour toucher une retraite pleine et entière (Public/Privé) de 1553 € par mois, il restait deux ans à faire pour Christian et pour Jean Jacques 3 ans pour toucher 1560 € par mois.

 

Avec cette mesure sociale, Christian touchera 1353 €/mois soit 200 € de moins par mois à vie et Jean Jacques touchera 983 €/mois soit 577 € de perte par mois à perpétuité.

 

La mise à la retraite d’office une mesure sociale vous avez dit ?

 

Le pire dans tout cela, c’est qu’au-delà des 7 élus politiques PS, En Marche et LR, trois représentants syndicaux (CFTC, CFDT, UCP) censés défendre les personnels ont voté cette « mesure sociale » ! Ils ont trahi la classe ouvrière, ce sont des licencieurs !

 

Seuls trois élus politiques courageux (PCF Raphaëlle PRIMET, les Verts Jérôme GLEZES, Génération Léa FILOCHE) ont voté contre le licenciement de nos deux camarades, avec sept représentants Syndicaux (FO, FSU, UNSA, CGT).

 

Partage des voix dix contre dix, le Président sort son Joker (voix prépondérante), et décide la mise à la retraite d’office de nos deux Camarades.

 

La grande majorité des élus politiques PS, En marche et LR accompagné de leurs suppos CFDT, CFTC et UCP ont condamné nos deux Camarades à la précarité à vie.

 

Lors de notre période sombre de l’histoire, certains fusillaient les résistants qu’ils nommaient terroristes, aujourd’hui d’autres votent une mise à mort lente de nos deux héros.

Ce CSAP aura eu au moins un mérite : celui de faire sortir du bois l’alliance de ceux qui ont pour objectif la casse du service Public, la répression anti syndicale, la destruction des conquis des travailleurs.

Nos ennemis de classe sont clairement définis !

Aux armes citoyens !

Pour le Syndicat CGT FTDNEEA

Le Secrétaire Général

Régis Vieceli

CGT FTDNEEA Bourse du travail 3 rue du Château d’Eau 75010 Paris
Tel : 01.44.52.77.12 ou 15 Fax : 01.44.52.77.29 mail : cgt.ftdneea@gmail.com

 

Mis en ligne le 17 avril 2019  |  Dernière mise a jour 18 avril 2019