Le feu dans la maison

Image de l'article.

Le feu dans la maison

Richard Vaillant secrétaire du syndicat de Chaumont

Pour nous mener tout droit à la société despotique dont rêve Macron, tout est bon,.

Provocations, diversions, intimidations, utilisation des « casseurs » pour justifier l’injustifiable dans ce pays, qui fut, en des temps meilleurs, la patrie de Victor Hugo et de Louise Michel.

Avant l’acte 19, on parle d’état d’urgence, et on fait venir les militaires de l’opération Sentinelle qui fut mise en place pour « faire face à la menace terroriste ».

Assimiler les Gilets jaunes à des terroristes pour bien enfoncer le clou dans la tête de ceux qui ont un peu tremblé devant les images de la télé, voilà sans doute l’objectif de cette chienlit macronienne...

Castaner accuse « la hiérarchie » de la police de « graves dysfonctionnements » et annonce toute honte bue que les forces de l’ordre iraient désormais « au contact » des attroupements, c’est-à-dire « physiquement à la dispersion ».

Un appel à la violence...

Le tour est joué ?

Et, si cela tout n’était en fait qu’une mise en scène, infâme et meurtrière concédons-le, mais une mise en scène tout de même, d’un pouvoir aux abois qui veut faire oublier que le grand débat n’était qu’un rideau de fumée pour faire diversion face aux doléances qui montaient des ronds-points et des revendications syndicales portées dans l’unité comme le 19 mars dernier.

Le « grand » débat pour faire oublier que notre pays compte parmi les plus inégalitaires d’Europe, que le chômage s’amplifie, qu’il y a de plus en plus de pauvres, que les riches s’enrichissent sur la misère du peuple.

Et que l’on pressure les retraités de toutes parts...

Et que, lorsqu’on regarde le Fouquet’s en flammes, on oublierait que l’incendie qu’il faut éteindre, c’est celui que Macron a provoqué en France, aux plans social, économique, écologique et démocratique...

Nous exagérons ?

C’est à voir.

Lisons la déclaration du syndicat Unsa-Police :

"Les policiers et les forces de l'ordre n'interviennent que sur ordre.

Donc quand on est en manifestation, quand devant nous à 50-00 mètres, des casseurs sont en train de tout casser, les policiers se disent

"Pourquoi on n'intervient pas ?"

Parce qu'ils n'ont pas les ordres d'intervenir, ça il faut que la population le sache". Fin de citation...

Cela signifie que si l’on a vu le Fouquet’s en flammes, c’est que Macron et Castaner voulaient qu’on le voie...

La riposte la plus appropriée face à ces grands calculateurs qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes, c’est la lutte, l’action massive, l’action unie, qui rassemblerait dans une même rue ou sur un même rond-point tous ceux qui ont envie que ça change.

Une belle pancarte a fleuri un peu partout ces derniers mois :

« Fin du monde, fin du mois : même coupables, même combat ».

L’idée fait son chemin, à grands pas.

Pas étonnant que cela provoque un tel prurit chez les nantis... R.V.

23 mars 2019
 

Lien sur fichier en PDF : 
 

Mis en ligne le 26 mars 2019  |  Dernière mise a jour 26 mars 2019