Grand débat et flash ball

Image de l'article.


Grand débat et flash-Ball...

Richard Vaillant secrétaire du syndicat CGT des retraités de Chaumont

Les sondages nous montrent que le grand débat a du plomb dans l’aile.

J’aurais pu, pour imager, écrire une balle LBD dans la poire mais les violences dont sont victimes les gilets jaunes ne prêtent pas au moindre sourire.

On éborgne, on matraque, on dés encercle, on casse du jaune comme on l’a fait et le fait encore avec les rouges, les verts (voyez à Bure), les immigrés...

Une pancarte (photo du JHM), lors du rassemblement antiviolence des gilets jaunes à Saint-Dizier, nous rappelait le massacre de Charonne et ses neuf morts.
Tous étaient adhérents à la CGT.

On aurait pu aussi avoir une pancarte avec les centaines d’Algériens tués et jetés dans la Seine en 1961.
Hier Papon, aujourd’hui Castaner, pas besoin de commentaires.

Un gouvernement au service des ultra-riches et des marchands de canon sait-il ce que sont les droits de l’Homme ?

Et pendant ce temps, Macron batifole de grands faux débats en faux grands débats veste tombée, devant un parterre de maires qui n’en peuvent plus d’être enfin aimés et de citoyens bien lisses triés sur le volet.
Aspérités s’abstenir. Il monologue devant les élus et dialogue avec lui-même devant les téléspectateurs.

Il se pose les questions auxquelles

il condescendra à répondre et retirera de la liste celles qui considérera posées par l’ultra gauche, l’ultra droite ou l’ultra centre.

Il va continuer ainsi jusqu’aux élections européennes.

Il n’y a pas de raison, les sondages commandités par l’Élysée pour Lui, indiquent qu’il frémit un tout petit peu plus dans le cœur de ses concitoyens.

Pas beaucoup, mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour un peu d’amour !

Second avantage à ce grand show, on en oublierait presque que, pendant qu’il papillonne, les mauvais coups continuent.

Sur les ronds-points, on voit arriver des gens qui nous parlent des mauvaises nouvelles reçues depuis le début d’année, par exemple lorsqu’on va faire les courses et que l’on constate, ticket de caisse à l’appui que Macron et son gouvernement nous ont vraiment pris pour des c... avec la loi-alimentation.

Les prix des produits de première nécessité ou de grande consommation ont grimpé en flèche sans que les producteurs aient vu le moindre changement dans leur situation.

Et il y a le scandale de l’APL, une retraitée seule venant nous expliquer qu’elle avait déjà du mal à payer son loyer HLM avec sa retraite de 1000 euros et «qu’on» venait de baisser son APL : 50 euros au lieu de 123 euros par mois.

Et cela après la ponction de 5 euros par mois sur les APL en 2018.

Et comme pour le racket des retraités, on apprend que  les APL, comme les prestations sociales elles aussi sont désindexées.

Elles ne suivront plus l’évolution des prix.

Sans aborder ici le scandale de la CSG sur les retraites, les taxes diverses et variées, le prix du fioul du gaz et de l’électricité...

Une chose est sûre, trois mois après le début de leur mouvement, les gilets jaunes ont raison de continuer à lutter.

Cette volonté existe aussi pour les syndicats de retraités. Et on a pu constater que l’alchimie entre le rouge et le jaune produisait quelque chose de détonnant...

Continuons donc à nous rassembler, c’est le seul moyen de s’opposer au mépris, à l’arrogance, à l’autoritarisme de Macron et de son gouvernement à la solde du CAC 40 et des banquiers...

Richard Vaillant

Lien sur fichier en PDF : 
 

Mis en ligne le 12 février 2019  |  Dernière mise a jour 12 février 2019