Le 22 mai les retraités exigent des services publics de qualité

Image de l'article.


Le 22 mai, les retraités exigent des services publics de qualité


Toutes les organisations syndicales représentatives de la fonction publique et des services publics appellent à des manifestations pour rejeter le projet d’un démantèlement inédit de la fonction publique.

Les retraités à qui on vient de réduire un pouvoir d’achat déjà bien contraint, avec la hausse de la CSG, ont besoin de services publics de qualité, accessibles à tous.

Un rejet unanime

Neuf organisations syndicales, CGT, CFDT, CFTC, CGC, FA-FP, FO, FSU, Solidaires, Unsa, ont exprimé à plusieurs reprises leur refus des mesures prises et envisagées à l’encontre des fonctionnaires, des agents des fonctions publiques.

Comme à son habitude, le gouvernement a fait longtemps la sourde oreille, espérant ainsi décourager les opposants à ses mesures.

Il a dû récemment faire quelques concessions, notamment abandonner le projet de différencier le point d’indice entre les trois versants de la fonction publique, premier volet de son entreprise de démantèlement.

Le risque d’une dégradation rapide des services publics

Mais il maintient son plan de suppression de 120 000 postes.

Chacune et chacun d’entre nous sait quelles en seront les conséquences : une dégradation des conditions d’accueil et de traitement des difficultés dans les domaines de l’administration, des structures sanitaires, des hôpitaux, des Ehpad, des urgences, de La Poste, du logement, des transports avec la désorganisation et, à terme, la privatisation de la SNCF et l'abandon des petites lignes, les exigences de rentabilité dans tous les secteurs publics au détriment des usagers.

Et les retraités sont des usagers particulièrement attachés aux services publics, notre bien commun, et à la qualité de leurs missions.

Les retraités concernés au premier chef

La méthode est toujours la même : réduire les effectifs, dénigrer les fonctionnaires, limiter au minimum les investissements, désorganiser les services, susciter le mécontentement des usagers et préparer ainsi le terrain à l’arrivée de services privés payants et de plus en plus coûteux, au détriment de celles et de ceux qui n’auront pas suffisamment les moyens de se soigner, de se déplacer, de s’éduquer et, pour les retraités, de vivre une retraite paisible comme ils et elles le méritent.

Oui, les retraités se sentent concernés par les actions de défense des services publics

Ils seront présents dans les manifestations du 22 mai et ils seront nombreux

POUR DÉFENDRE MES REVENDICATIONS

Notre modèle social, nous y tenons et nous voulons même l’améliorer, en convergence avec tous les personnels qui le font vivre.

 

Mis en ligne le 13 mai 2018  |  Dernière mise a jour 13 mai 2018