Pau. L'action syndicale celà paie.

Image de l'article.

Pau. L’action syndicale, ça paie

Une fois à la retraite faut-il continuer à se syndiquer et poursuivre les luttes sociales ?

Une évidence pour les militants palois, qui ont empêché la privatisation du parking de l’hôpital et obtenu le maintien de la gratuité du stationnement.

Certains pensent que l’activité syndicale s’arrête à la porte de l’entreprise et que le relais peut être pris par les associations et les partis politiques.

L’UCR-CGT dans ses différents congrès prône la poursuite de l’adhésion et de la lutte syndicale, à condition de prendre en compte les besoins des retraités dans leur globalité, de la proximité aux enjeux de société.

À leur façon, les militants CGT de Pau démontrent l’utilité du syndicalisme retraité, avec une lutte de plusieurs mois pour défendre le parking public de l’hôpital et bien sûr la gratuité du stationnement.

Retraités et actifs ensemble

Les liens sont toujours restés forts entre retraités du département et actifs de l’hôpital. Par le passé, ils avaient déjà agi ensemble, notamment contre les dépassements d’honoraires.

« C’est très important de rappeler cela, car cette complicité a permis de prendre en amont la tentative de privatisation », souligne Patrick Berit-Debat, secrétaire de la section retraités de la Fapt.

En effet, dès que le syndicat de l’hôpital a eu vent de la privatisation du parking, il a informé les retraités.

Trop c’est trop ! Déremboursements, dépassements d’honoraires, hausse des mutuelles et en plus il faudrait payer pour accéder à l’hôpital !

Ayant mesuré la colère, nos camarades retraités de la Fapt ont pris la tête du front du refus.

Cette action a vite rassemblé d’autres militants et adhérents de sections retraités professionnelles et multi professionnelles, mais aussi le syndicat de l’hôpital et l’Union départementale.

Quand la Cgt rassemble

Elle est capable de renverser des montagnes !

La Cgt 64 mènera les luttes contre la réforme du code du travail et ne cédera rien pour que le parking de l’hôpital reste dans le giron du public.

Le contact humain sera délibérément choisi pour construire cette action.

La pétition en sera le support.

Marchés, sorties des restaurants d’entreprises, de l’université, d’administrations, entrées et sorties de l’hôpital, partout la Cgt est là !10188 signatures seront récoltées dont 1275 par internet.

Les élus, les partis politiques seront informés et invités à donner un prolongement.

Quand le Maire de Pau concédera, enfin, de garder public le parking et la gratuité du stationnement, soulagement et satisfaction gagneront toute la Cgt et plus largement une partie de la population.

Pour la petite histoire, il a bien fallu arroser cette victoire.

Chose faite le en novembre dernier où un groupe de chanteurs, signataires de la pétition, est venu donner de la voix !

Deux adhésions nouvelles ont été réalisées pendant cette action.

Transformer des besoins en revendications, agir, rassembler, passer du doute à la réalisation, gagner, voilà qui demande à être généralisé.

De bon augure pour la préparation du 15 mars !

Jean-Pierre Grenon

 

 

Mis en ligne le 27 février 2018  |  Dernière mise a jour 27 février 2018