Le hold-up sur les retraites

Image de l'article.

Le hold-up sur les retraites.

Témoignages

Si les 1% plus riche peuvent se réjouir des mesures fiscales d’Emmanuel Macron, les retraités ont toutes les raisons d’être furieux.

Dans Vie nouvelle et dans les réseaux sociaux témoignages et protestations se succèdent.

Nous en avons retenu quatre qui disposent de revenus différents mais qui tous sont pénalisés par la hausse de la CSG.

"Nous avons perdu 620 € de pouvoir d'achat"

Parmi les témoignages recueillis sur la page Facebook de LCI, Viviane gagne 590 euros, sa pension a été amputée de 10 euros.

"Car mon mari travaille et ils se basent sur nos deux revenus. 10 euros sur une petite pension comme la mienne, c’est énorme, ça fait 120 euros en moins sur mon pouvoir d’achat de l’année.

De plus, cette petite retraite qui fait un revenu annuel de 7080 euros nous a fait passer à la tranche supérieure et nous a fait payer plus d’impôts.

De 300 euros d’impôts nous sommes passés à plus de 800 euros.

Donc en tout, nous avons perdu 620 euros de pouvoir d’achat."

"J'ai 70 ans, je n’ai jamais connu autant de privations"

Autre témoignage, celui de Jacqueline :

« Je me tourne vers des produits périmés à -50%, je n’achète plus d’eau en bouteille. ».

Elle est veuve.

Elle ajoute :

« "Afin de compenser la perte de ma CSG, je me tourne vers des produits périmés à -50%, je n’achète plus d’eau en bouteille, je dîne en me faisant une soupe de légumes – que je choisis les moins chers possible.

Je me prive également de sorties pour ne pas consommer d’essence, je mets très peu le chauffage le soir.

J’ai 70 ans et je n’ai jamais connu autant de privations.»

Elle envisage même de vendre la maison qu’elle avait achetée avec son mari marin pêcheur car «elle demande de l’entretien, et la taxe foncière n’est pas donnée ».

"Nous ne sommes pas des nantis !"

Françoise et André sont en retraite depuis 6 et 8 ans.

Ils étaient tous deux enseignants dans le second degré en banlieue parisienne.

« Nous n’avons rien à cacher, nous disent-ils. Avec deux pensions, nous gagnons environ 5000 €. »

Depuis le début, leur retraite est presque bloquée pendant que la vie continue à augmenter.

Ils s’attendent à une coupe sombre d’environ 1000 € sur l’année en 2018 et sont sûrs d’être obligés de payer la taxe d’habitation puisqu’ils dépassent le seuil de 43 000€ fixé pour ne pas avoir à la payer.

Ils n’acceptent pas qu’on les amalgame à 15% de retraités dits nantis. «

Nous allons être obligés de réduire quelques dépenses, une seconde voiture en moins et une revue à la baisse des assurances et autres couvertures pour pouvoir continuer à vivre comme nous le voulons, simplement en mesure de continuer à voyager, nous cultiver et nous distraire, nous soigner et faire des petits plaisirs à nos enfants et petits-enfants.

Pendant ce temps, les vrais nantis sont exemptés de l’impôt sur la fortune. C’est scandaleux. »

Vous avez dit, exonération de la taxe d’habitation ?

Nicole, 67 ans, habite seule dans un coquet pavillon entouré d'un jardin fleuri qui fait sa fierté.

Mais si son amour pour les fleurs agrémente sa vie, c'est son potager qui la sauve.

Produire ses légumes presque en auto suffisance lui permet de pouvoir boucler son budget qui est très serré.

Et ce ne sont pas les récentes réformes fiscales qui vont améliorer les choses.

Ses conditions de ressources permettaient qu'en 2015 et 2016, elle puisse bénéficier d'une exonération de sa Taxe d'habitation.

Son revenu fiscal de référence ne dépassait pas le plafond autorisé.

Mais pour que cette mesure se poursuive en 2018, il fallait que son revenu n'augmente pas d'un centime.

Mais non !

« Grâce » au coup de pouce » de 0,8% octroyé le 1eroctobre 2017, sa pension va progresser de 24 euros.

Pour cette somme dérisoire en regard de ses besoins, elle va payer ou plutôt essayer de payer sa taxe d'habitation qui sera d'environ 450 euros.

Merci Monsieur Macron et sa publicité mensongère !

Nous les invitons, nous vous invitons à nous rejoindre le 15 mars pour dire notre colère et notre volonté de voir nos pensions revalorisées !

L'appel des 9 organisations de retraité-e-s

 

Mis en ligne le 24 février 2018  |  Dernière mise a jour 24 février 2018