CSG Injustice fiscal rime avec injustice sociale

Image de l'article.

CSG. Injustice fiscale rime avec injustice sociale

La ministre du Travail vient de déclarer que « l’argent ne tombe pas du ciel, il faut faire un choix », pour expliquer les sacrifices imposés aux retraités.

Non, l’argent « tombe » du travail passé et présent.

Mais où va-t-il ?

Car jamais l’injustice fiscale n’a été aussi flagrante. Jamais les inégalités sociales n’ont été aussi dramatiques.

En France, 700 milliards d’euros échappent aux prélèvements fiscaux, 80 milliards de plus s’y ajoutent chaque année.

Au niveau mondial, Gabriel Zulman a établi scientifiquement dans son ouvrage « La richesse cachée des nations » que l’évasion représentait 10 à 12% de la richesse mondiale.
Sans cette fraude fiscale, il n’y aurait pas de dette, ni de déficit public, ni de trou de la Sécurité sociale.

Cette question est donc centrale pour quiconque veut penser une société plus respectueuse de ceux qui produisent vraiment les richesses dans notre pays.

Où va l'argent produit par le travail ?

C’est vrai en France, c’est aussi vrai dans le monde.
« En 2015, 62 personnes possédaient à elles seules les mêmes richesses que 3,5 milliards de personnes (soit la moitié la plus pauvre de l'humanité), contre 388 personnes en 2010 », révélait le rapport de l’ONG Oxfam sur les inégalités dans le monde.

Depuis 2015, les 1% les plus riches détiennent autant de richesses que le reste de la planète.
« Maintenant, un bus suffit pour rassembler les milliardaires qui possèdent la moitié des richesses mondiales », ironise l’économiste américain Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie.

Cette accumulation phénoménale de richesses explique le creusement des inégalités sans précédent dans le monde depuis un siècle.

Une usine à produire d'immenses inégalités

En France, les 1% les plus riches détiennent 25% des richesses nationales. En 2016, 21 milliardaires possédaient à eux seuls autant que les 40% des personnes les plus pauvres.

C’est pourtant dans cette situation intolérable que le gouvernement Macron a décidé de réduire l’Impôt sur la fortune et que la droite au Sénat l’a carrément supprimé !

Alors que selon l’Insee et la Fondation Abbé Pierre, 9 millions de Français vivent avec moins de 1 015€ par mois.

En 10 ans, notre pays a vu le nombre de pauvres croître de 600 000 et compte 143 000 SDF, alors que 40% des personnes éligibles au RSA ne le réclament pas.

Ces chiffres éloquents donnent cependant la clé des transformations à opérer : dénoncer les nombreuses façons qu’ont les grandes sociétés d’échapper à l’impôt, exiger que la lutte contre l’évasion fiscale soit résolument menée en toute transparence, limiter de façon drastique les exonérations et les possibilités d’optimisation fiscale aménagées par les gouvernements depuis plus de trente ans.

Le 15 mars nous défilerons aussi contre l’injustice fiscale.

Pascal Santoni

"Qu’est-ce que le néo-libéralisme ?

Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur"

Pierre Bourdieu.

 

 

Mis en ligne le 17 février 2018  |  Dernière mise a jour 17 février 2018