Arnault Papers par Richard Vaillant

Image de l'article.

 
Arnault Papers...


par Richard Vaillant, secrétaire du syndicat des retraités de Chaumont

Parfois, dit-on, une photo vaut mieux que tous les beaux discours.

Pour parler évasion fiscale et Panama Papers le choix se porte « tout naturellement »  sur la photo de Bernard Arnault, première fortune de France, serrant la main du président des riches Emmanuel Macron.

Il y a de l’amour dans leur regard

Arnault, ce nom vient d’apparaître dans la liste des Panama Papers.

Gagner de l’argent ici à la sueur du front des autres et le placer dans l’évasion fiscale, c’est sa nature profonde.

Est-il gagné par le remords ?

Pas du tout.

Arnault se permet même, via son avocat, de nous donner un cours de français :

« Il ne faut pas confondre les Panama Papers avec les Paradise Papers. »

Voilà un beau sujet de réflexion pour les chômeurs, les salariés en contrat précaire ou licenciés comme des Kleenex, les locataires à qui on va baisser l’APL ou les retraités qui vont devoir payer 1,7 point de plus de CSG.

Et puis, l’ami Bernard, avec la réforme de l’ISF, va pouvoir s’évader un peu plus puisque cela va lui permettre de gagner très « légalement » la modique somme de 532 millions d’euros qui aurait dû aller au fisc.

Ils ont beau dire et répéter que tout cela, c’est pour favoriser l’emploi, la croissance, et que plus les riches seront riches plus les miettes du gâteau seront grosses pour les salariés, les chômeurs, les retraités, plus personne n’y croit.

Le paradis pour les riches et, pour les autres, l’enfer des fins de mois.

C’est la philosophie du clan Macron.

Que faire face à un gouvernement qui, chaque jour, en remet une couche dans l’ignominie et le mépris ?

Logement, salaires, retraites et retraites complémentaires, santé, fiscalité, essence, électricité et droit du travail, tout passe à la trappe...

Oui, que faire, sinon se rassembler, s’unir, lutter, se battre et manifester ?

Le 16 novembre n’était pas tout à fait à la hauteur de nos espérances ?

Alors, on arrête ou on continue ?

Chaumont, le 17 novembre 2017

 

 

Mis en ligne le 21 novembre 2017  |  Dernière mise a jour 21 novembre 2017